Cher.e.s ami.e.s,

Voici un état des lieux, un peu long aujourd’hui, des travaux et activités en cours. Le Refuge s’est métamorphosé en quelques semaines. Nous sommes hélas en déficit financier et votre mobilisation nous est nécessaire. Nous avons en effet besoin de 30.000 euros pour couvrir nos besoins des prochaines semaines et mois (travaux et frais de fonctionnement).

Les travaux intérieurs

Ils avancent, mais au rythme des entreprises!
L’enterrement des réseaux est terminé. Le raccordement à Enedis (électricité) interviendra la semaine prochaine.
Dans la cuisine, les menuiseries seront posées la semaine prochaine.
Dans la pièce à cheminée, les solives sont posées, le plafond refait, les enduits à la chaux sont terminés, le poêle ronronne.
La rénovation de la salle de bain prendra encore du temps. Nous avons choisi de faire un enduit en chaux et en chanvre pour la protection des murs et l’isolation, mais le temps de séchage de cet enduit naturel est long, particulièrement en cette saison, et peut prendre plusieurs semaines. La salle de bain devrait être terminée en avril.
Nous avons lancé la fabrication et la pose de quatre fenêtres, l’une manque, les trois autres sont très abîmées. L’usine de fabrication est en Sarthe.

Les travaux extérieurs

La forêt et les cours d’eau n’ont pas été entretenus depuis au moins une dizaine d’années, sinon plus. Nous avons sollicité Études et Chantiers, une association d’insertion, pour l’abattage des arbres dangereux, le nettoyage et la coupe. L’idée : créer un chemin central dans la forêt et un autre chemin le long des cours d’eau. Les espèces d’arbres présentes sur le site : des chênes, des noisetiers, des aulnes, des sureaux et des saules. Après une première tranche voici un mois, une seconde et dernière tranche de travaux a lieu cette semaine.

Une peupleraie est très abîmée, des arbres de 30 mètres de haut cassent et tombent régulièrement, parfois sur la route. Deux peupliers sont encore tombés ces derniers jours, malgré des rafales de vent peu importantes. Par sécurité, nous avons donc lancé la coupe de la peupleraie. Elle est assurée par une seconde équipe d’Études et Chantiers et se terminera fin mars. Les feuillus seront conservés dans le but de reconstituer une forêt sur la parcelle. La coupe permettra également de créer une aire de stationnement pour les véhicules.

Reste l’abattage d’un grand peuplier massif et très âgé. Il a poussé sur le mur de soutènement du bief et fait 30 à 40 mètres de haut. Tout les spécialistes s’accordent sur sa dangerosité : s’il tombe, il emporte le bief. Pour l’instant, nous n’avons pas trouvé de solution satisfaisante car l’abattage s’annonce très difficile.

Culture sur butte

L’autonomie est aussi alimentaire. Nous avons fini en décembre la préparation d’une butte autofertile de type Hügerkutur orientée nord-sud d’une douzaine de mètres de long. Plusieurs couches sont superposées pour créer une butte qui devrait durer quelques années. On empile des troncs en voie de décomposition, du branchage, de la tonte, de la terre et enfin du paillis, le tout agrémenté de cendres. Le principe de la butte : ne pas labourer, arroser peu ou pas du tout pour obtenir une grande variété de légumes. La suite en avril pour les plantations.

Ecopâturage

Nous avons réservé deux jeunes moutons d’Ouessant (un mâle et une femelle), une race rustique de petite taille, auprès d’un éleveur sarthois membre du GEMO (Groupement des Eleveurs de Moutons d’Ouessant). Ils devraient être disponibles en juin/juillet, une fois sevrés. Les moutons permettront de faire de l’écopâturage sur une surface de 2.000 à 3.000 m2 environ à l’arrière des bâtiments, une grande partie du site étant laissé à l’état sauvage pour que la faune et la flore puissent se développer.

Ligue Protectrice des Oiseaux

Hérons, effraies, martins-pêcheurs, les oiseaux sont très nombreux sur le site. Nous envisageons de solliciter le statut de Refuge de la Ligue Protectrice des Oiseaux.Lire la charte des refuges de la LPO.

Plessage

Plessage des haies
Le noisetier tressé

Le Plessis tire son nom des plesses, ces haies tressées en bois vivant ou sec que l’on faisait au Moyen-Âge pour se protéger ou pour créer des espaces de pâturage. Il fallait donc bien plesser au Plessis, ne serait-ce que pour les moutons.

L’abondance de bois disponible nous permet déjà d’expérimenter plusieurs types de plessage :
– Les plesses sèches en noisetier tressé ;
– les plesses sèches faites de bois entassés entre des pieux.

Nous avons également créé une «haie-fouillis» pour les hérissons, les oiseaux et autres petites bêtes.

Retraites de méditation

D’ici l’été, trois retraites auront lieu au Refuge :
– du vendredi 19 avril 19 h au lundi 22 avril 17 h (3 jours, Pâques)
– du mercredi 29 mai 19 h au dimanche 2 juin 17 h (4 jours, Ascension)
– du vendredi 7 juin 19 h au lundi 10 juin 17 h (3 jours, Pentecôte)

Indépendamment des retraites, Éric Rommeluère réside au Refuge généralement du mercredi au dimanche inclus. Les personnes qui souhaitent participer à la vie du Refuge sont les bienvenues. Il y aura méditation le matin et le soir, le reste du temps sera consacré à l’embellissement du lieu.

Votre visite sera également l’occasion de lire le nouvel ouvrage de David Loy, Ecodharma: Buddhist Teachings or the Ecological Crisis. David Loy est le cofondateur du Rocky Mountain Ecodharma Retreat Center.

Nos besoins

Nos besoins sont divers, cependant il y a quelques urgences pour février et mars :
– Fendre, ranger et stocker le bois ;
– fabriquer des toilettes sèches intérieures ;
– fabriquer un garde-manger.
Et pour les mois avant l’été :
– Finir les clôtures pour les moutons ;
– leur construire une cabane (idée : une cabane en torchis avec le matériel, bois, terre, paille, disponible sur place) ;
– fabriquer des toilettes sèches extérieures ;
– démonter un mur de pierres sèches.
Toute aide est la bienvenue!

Le coût des travaux et le financement participatif

Les premiers travaux (terrassement, maçonnerie, etc.) nécessitaient l’intervention d’entreprises. Le budget initial de 80.000 euros est dépassé, les imprévus étant nombreux et pour l’instant nous n’avons pas engagé deux ouvrages importants pourtant nécessaires :
– la création de l’assainissement non collectif pour le traitement des eaux usées (obligatoire) ;
– la réfection d’une partie de la toiture (indispensable à court terme).

Les sommes reçues ou à recevoir s’élèvent à 56.546 euros.
Les dépenses engagées sur travaux s’élèvent à 78.797 euros.
Les frais de fonctionnement jusqu’à la fin de l’année 2019 sont estimés à 8.100 euros.
La réfection de la toiture non prévue initialement est estimée à 15.000 euros selon un premier devis reçu.
L’assainissement est estimé à 15.000 euros (ce montant tient compte du choix de la filière plus écologique ainsi que du volume de l’installation qui doit être proportionnel au nombre de pièces des bâtiments).
Disons, grosso modo, que nous avons besoin de 30.000 euros pour couvrir nos besoins des prochains mois.
Toutes les aides et suggestions sont les bienvenues. Merci.

Notre page de financement participatif sur le site HelloAsso : https://www.helloasso.com/associations/le-refuge-du-plessis